Vous avez dit "Saas" ?
Former à ou avec l'informatique : comment faire ?

De l'innovation en informatique

En rangeant mon disque dur, exercice passionnant qui permet d'exhumer quelques vieux textes patinés par le temps, j'ai trouvé cette réflexion qui date du début de 2004 et a été publiée dans la défunte revue "L'informatique professionnelle" . Je ne résiste pas au plaisir de la jeter en pâture au lecteur en ce début d'année pur nous rendre plus lucides sur l'innovation, mais aussi plus exigeants.

"Il y a encore quelques temps, il aurait pu paraître curieux, voire même provocateur, de s’interroger sur les relations entre informatique et innovation tant l’informatique a longtemps été porteuse dans la représentation collective d’une image sans tache de modernité et de progrès. Il y a en effet très peu de secteurs économiques qui peuvent s’enorgueillir de repousser sans cesse depuis si longtemps leurs limites technologiques, à l’image de l’emblématique loi de Moore, et de célébrer avec tant d’éclat leurs performances. Depuis un siècle, et surtout depuis les années cinquante, tout réussit à l’informatique, propulsée par quatre puissantes vagues d’innovation matérielles et logicielles. Dans les années soixante IBM et le BUNCH inventent les ordinateurs centraux, puis au début des années soixante dix DEC lance les ordinateurs départementaux. En quatre vingt apparaît le révolutionnaire micro-ordinateur, vite relié en réseau, puis connecté mondialement grâce au web en 1993. Mais après la frénésie d’investissements justifiés par le passage de l’an 2000 et l’éclatement de la bulle le monde informatique semble patiner. L’informatique serait-elle en panne d’inspiration ? Aurait-elle perdu son aura et sa magie ?

Pour qui sonne(ra) le glas ?

Industrie écologiquement bien pensante, composée de personnel qualifié, à l’image moderniste, l’informatique n’a guère suscité de rejet, tout au plus de l’indifférence. Le marketing et les relations publiques de l’industrie de l’informatique et des télécommunications se sont chargés d’entretenir la flamme et se sont toujours révélés prodigieusement efficaces pour focaliser l’attention sur les nouvelles prouesses de leurs produits. Toutefois, l’industrie informatique traverse une crise de désenchantement qui amène tous les acteurs à s’interroger sur les perspectives réelles de cette industrie. Et tout porte à croire que ce n’est pas une baisse de forme passagère. L’article de Nicolas Carr paru en mai 2003 dans la Harvard Business Review, « IT doesn’t matter », a sonné bruyamment la première charge contre l’informatique toute puissante, ouvrant une brèche dans laquelle se sont engouffrés tous ceux que l’arrogance de l’informatique a pu agacer et qui finalement se sont révélés plus nombreux que prévu ! La question, nouvelle, est désormais posée : l’industrie informatique va-t-elle définitivement se banaliser et rejoindre dans l’anonymat de la routine quotidienne d’autres industries stars qui, en leur temps, ont révolutionné notre appréhension du monde avant de succomber à la fatalité de la courbe en S ? Ou bien va-t-elle continuer son essor vers de nouvelles perspectives de transformation en se réinventant grâce à une nouvelle alchimie composée de rêve, de réussite économique et d’appropriation collective ? Qui pourrait gagner, qui pourrait perdre, parmi les acteurs de l’écosystème informatique : éditeurs, consultants, intégrateurs, fabricants de matériel, sociétés de télécommunications, informaticiens d’entreprise, direction des systèmes d’information d’entreprises ? A quelles évolutions de la localisation des compétences va-t-on assister ?

De l’innovation

L’innovation technologique ne provient pas d’un monde extérieur désincarné en percutant nos sociétés telle une météorite. Les innovations naissent au sein de nos sociétés et sont le fruit de l’interaction dynamique de trois vecteurs : les hommes qui les imaginent, les conçoivent, les réalisent, les structures qui les financent et les propagent, les utilisateurs qui s’en emparent et se les approprient. Elle s’inscrit dans une logique sociétale où s’arbitrent en permanence ce qui est techniquement possible et ce qui est socialement accepté. C’est à travers cette mécanique complexe d’acteurs que, dans le temps et dans l’espace, se joue le sort des innovations technologiques.

La production d’innovation vient enrichir le stock de ce qui est utilisable, alors que les logiques économiques, l’acceptabilité sociale et la capacité d’apprentissage font un tri pour choisir ce qui est utilisé, et en définitive c’est l’usage qui finit par consacrer ce qui est vraiment utile.

Le déplacement des vagues de l’innovation se fait ainsi à partir du cœur de la recherche scientifique, dont les recherches sont transformées par la maîtrise industrielle, vers la périphérie de l’usage. Plus une technologie est adoptée, plus elle se dissout dans la banalisation qui a fait son succès et perd son aura. C’est ce qui se passe avec l’informatique. Le modèle de Von Neuman qui a formalisé la structure de base de l’informatique et permis l’essor de cette industrie n’a pas changé. Mais qui sait qu’une calculette à 2 euros ou un téléphone portable sont des ordinateurs. Même les grands ordinateurs scientifiques ont laissé la place à des fermes de serveurs banalisés. Qui s’en soucie désormais dès lors que la rareté a disparu ? Des produits souvent banals intègrent des technologies sophistiquées, un des meilleurs exemples étant le DVD, réussite de l’intégration de l’optique, de l’électronique et des algorithmes de compression de l’information. Dans cet exemple l‘adoption rapide du service rendu a fait baisser les prix au point où un lecteur DVD est aujourd’hui vendu le prix de deux disques DVD !

Ce qui fait de l’informatique un objet désormais banal est précisément ce qui a fait son succès : accélération de la vitesse, augmentation de la fiabilité, miniaturisation, autonomie en énergie croissante, facilité d’accès grâce à des logiciels de plus en plus simples – le navigateur web est devenu l’outil universel d’accès – mobilité et interopérabilité et surtout baisse des prix. Non seulement les outils sont plus performants, mais l’utilisation de l’informatique se répand dans tous les secteurs de l’activité, des plus classiques comme le commerce de détail aux plus sophistiqués comme la chirurgie ou les bio-technologies. Ce mouvement se poursuivra. Ceci signifie nullement la fin de l’histoire informatique car il se prépare bien sûr dans les laboratoires d’autres innovations qui vont permettre d’élargir l’usage en enrichissant les contenus et rendant encore attractifs les contenants. Mais l’addition de techniques ne suffit plus à alimenter le mythe quand la magie est dissipée.

La banalisation démocratique

Au milieu du XIXéme siècle, l’électricité statique était une attraction de foire. Comme le cinéma. Puis ces prouesses individuelles ont donné naissance à de puissantes industries qui ont mis quelques décennies à trouver leur taille adulte. L’exposition universelle de Paris en 1881 consacrait le statut industriel de l’électricité, mais l’électrification de la France a pris des décennies. Un immeuble sur trois seulement était électrifié à Paris dans les quartiers riches, en 1914, mais seulement un sur vingt dans les quartiers populaires. La photographie a mis des décennies pour sortir du domaine de la découverte et se démocratiser. Il est paradoxal que la numérisation rattrape pour la déstabiliser une firme aussi robuste que Kodak qui avait innové en contribuant à rendre la photographie facile et populaire dès 1900 avec ses célèbres appareils Brownie à 1$.
L’informatique, elle, est née adulte et mondiale, sérieuse et coûteuse. Elle ne s’adressait qu’aux grandes entreprises et aux puissantes organisations publiques. Et même si la mise au point de cette technique s’est révélée complexe et coûteuse, tout allait bien pour la poignée de spécialistes qui en avaient la charge. Au grand dam de ces experts, l’informatique a commencé à quitter le champ des grandes organisations pour percer dans le grand public avec le micro-ordinateur et c’est la généralisation de la micro-informatique propulsée par le Web qui en quelques années lui a donné le statut d’industrie de masse désacralisée. Il y a désormais un milliard de micro-ordinateurs dans le monde. En quatre ans, un tiers des 22 millions d’internautes français se sont connectés au web par des lignes à haut débit ADSL usage qui était absolument inimaginable pour les informaticiens d’entreprise… comme pour les sociétés de télécommunications.

Depuis lors, cette industrie portée à célébrer le culte de la technologie assiste à sa propre banalisation. Qui se soucie désormais de la puissance de son micro-ordinateur ? Le langage codé des systèmes d’exploitation, des gigabytes et des méga-octets ne fait plus recette. De plus cette transformation ne se limite plus au grand public, mais concerne aussi maintenant les infrastructures des grandes entreprises. Il n’est plus nécessaire de posséder avec fierté ses grands ordinateurs, car la banalisation, appelée ici « utility computing », - fiabilisation, puissance et économie d’usage - concerne aussi les composants centraux des systèmes d’information des entreprises. Certes la technicité y demeure forte, le poids de l’héritage applicatif est encore lourd, mais les méthodes et les outils industriels mis au point au cours des dernières années permettent de gérer l’énergie informatique de façon industrielle. Cette révolution s’est faite en quelques années et brutalement l’industrie informatique a accédée à la maturité, c’est à dire à la baisse des prix et donc des profits. Ce qui compte désormais c’est l’usage, pour tous, de la puissance, de la fiabilité, de la bande passante et de l’ergonomie. La discrimination dans les choix se fait désormais plus sur des critères consuméristes que sur les performances techniques intrinsèques.

Les télécommunications en panne ?

L’histoire récente du téléphone préfigure assez largement le sort de l’informatique, au moins dans ses couches d’infrastructure. L’ère du 22 à Asnières est définitivement révolue dans nos pays. Tous les habitants des pays développés utilisent un téléphone même s’il ne faut pas oublier que près de deux habitants de la planète sur trois ne passeront jamais de coup de téléphone de leur vie. Ce qui laisse un bel avenir à l’industrie du mobile qui relègue les vieilles dames du fixe au statut d’icônes préhistoriques, devenues des mamies Bell. Le téléphone vocal a longtemps été une machine magique, un objet de désir. Aujourd’hui ce n’est qu’un objet banal qu’on jette rapidement au gré des modes. La grande force de l’industrie du mobile est de se renouveler par l’usage, certains futiles comme le téléchargement des fonds d’écran ou des sonneries, mais aussi par de vraies trouvailles sociologiques comme le SMS et peut-être l’image. Mais c’est une industrie sous pression des coûts, avec des marges laminées et une concurrence féroce entre les grands anciens comme Motorola ou Nokia et les nouveaux venus agressifs comme Samsung et LG avant que n’entrent en scène à grande échelle les producteurs chinois.

La convergence

Depuis plusieurs années, l’utilisation de composants et de logiciels informatiques dans les appareils électroniques conduisait à prédire la convergence des industries informatiques et des industries électroniques. De fait, la numérisation des informations conduit à ce rapprochement sans toutefois que les deux familles industrielles se confondent, chacune conservant son indépendance. Cette hésitation semble révolue, la convergence gagne du terrain à travers des industries comme celle des écrans plats qui servent aussi bien l’informatique que la télévision, ou la numérisation complète des supports audio et vidéo. Dès lors les fournisseurs informatiques n’ont pas de difficulté à franchir le pas pour investir le domaine des écrans de télévision que les grands fabricants d’ordinateur commencent à attaquer. L’industrie du disque, autant support physique que contenu, vit cette transformation dans la douleur, alors que les acteurs de l’informatique excellent, comme Apple, dans la captation de ce marché de la musique numérique à consommer plutôt qu’à posséder.

Nouveau produit cherche service

Les revues et séminaires informatiques bruissent des innovations qui vont à nouveau faire faire un bond en avant à l’industrie. La question se pose de savoir si ces innovations vont générer de nouveaux usages attractifs, justifiant ces nouveaux investissements, ou simplement entretenir le renouvellement du parc applicatif et des infrastructures. Car pour les utilisateurs professionnels il faut des motifs sérieux pour investir dans des techniques nouvelles plus perturbatrices que génératrices de gains.
Le champ majeur de développement restera la poursuite de la numérisation complète des informations et donc des processus de création, d’industrialisation, de commercialisation et d’échanges entre acteurs économiques. Autour d’Internet, se développeront les échanges entre les acteurs des mêmes écosystèmes pour créer de vastes entreprises étendues, comme se développera entre les personnes d’une même entreprise, d’une même communauté d’intérêt un tissu de relations économiques, culturelle et sociales. Les usages collectifs d’Internet sont encore limités par l’insuffisant équipement des ménages et les difficultés d’apprentissage, obstacle qui se diluera dans les jeunes générations du « chat » et de Kazaa.
La mobilité des personnes et des objets est un vecteur majeur d’innovation annoncée. L’utilisation de la voix sur IP, qui n’en fait qu’un cas particulier de flux de données, à travers un micro-ordinateur connecté en Wi Fi semble ouvrir une ère nouvelle de connectivité, l’extension des capacités du WI-FI vers le WIMAX (802.16) d’une portée de 50 km à 70 M bit/sec et l’UWB(ultra wide band) pour les courtes distances compromettant même les chances, déjà fragiles, de l’UMTS au moins dans les zones denses. Les étiquettes électroniques ( RFID : radio frequency identification) vont permettre de relier les objets, sans contact, aux systèmes d’information de façon plus facile et généralisable que les étiquettes à code à barres, fluidifiant la chaîne d’approvisionnement.
Enfin l’informatique continuera à repousser les limites de la modélisation dans les applications de santé, de bio-technologie, dans le développement industriel, dans la compréhension de la matière et de l’univers.
Ces nouveaux produits enrichiront les services existants dans une société plus avide de connaissance et de rapidité. Elles pourront continuer à laisser au bord de la route tous les exclus de la société numérique, ou, peut-on espérer, contribuer à leur réintégration dans la société tout court.

La course off shore

Si l’innovation dans les couches techniques va graduellement enrichir ce qui est possible, c’est par la capacité de mettre en œuvre ces outils par des logiciels appropriés que les changements se concrétiseront dans les processus métier. Les logiciels représentent donc la voie royale du changement. Il reste que la production de code applicatif demeure une activité consommatrice de ressources pour les éditeurs dont c’est le métier mais aussi pour beaucoup d’entreprises utilisatrices qui doivent gérer la transformation de leur parc applicatif. Le cœur applicatif des grandes entreprises est en effet composé d’applications anciennes mêlées de façon souvent inextricable, sans urbanisme d’ensemble, sans cohérence technique. Ces couches historiques sont coûteuses en entretien technique et en modifications, parfois simplement pour des raisons légales et sans création de valeur. Toute insertion d’innovation perturbe l’équilibre souvent instable des applications antérieures, et coûte cher en création d’interfaces nouvelles..
Pour accomplir les tâches informatiques répétitives de maintenance ou de conversion de codes anciens, les entreprises ont engagé la recherche de solutions plus économiques que l’emploi de techniciens et de cadres de pays développés. Elles se sont orientés en premier lieu vers l’industrialisation et l’automatisation des tâches de réalisation de logiciels. Ces méthodes et outils ont toutefois trouvé leurs limites dans les technologies classiques, mais, de plus, les innovations confortables pour les utilisateurs, comme les interfaces web, se sont révélés contre-productives pour les développeurs. Puis dans une deuxième étape, les « producteurs » de code ont cherché des solutions moins onéreuses en coût de main d’œuvre dans des pays aux salaires plus compétitifs.
Ce mouvement vers l’externalisation off-shore a commencé aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne au début des années quatre-vingt dix. L’exploitation des ressources informatiques mondiales trouve son origine dans la même démarche économique que pour les métiers industriels. Elle a été beaucoup plus rapide dans les pays anglo-saxons qu’ailleurs pour des raisons culturelles, linguistiques, légales. Ceci a clairement favorisé l’essor de l’Inde dans ce secteur. Mais le problème n’est pas seulement économique. Les firmes indiennes ont développé une compétence rare dans la gestion des processus, sont devenus champions du niveau 5 du CMMI, et vont sans aucun doute étendre leurs compétences vers la gestion complète de processus. S’il s’agissait de simplement trouver une main d’œuvre meilleure marché, bien que formée, pour « faire du code », l’Inde se verrait elle-même dépassée par des pays plus compétitifs, comme les Philippines. Mais l’Inde est en train de construire une véritable usine informatique puissante qui sert tous les acteurs mondiaux de l’informatique et pose un énorme défi aux Etats-Unis, qui risquent de perdre des centaines de milliers d’emplois en informatique, ce qui devient un problème politique majeur aux USA.

La course off-shore se joue non seulement sur les coûts mais désormais de plus en plus sur l’expertise. C’est un défi considérable pour les pays développés qui se croyaient mieux protégés dans les métiers de la « manipulation de symboles » que dans ceux utilisant la seule main d’œuvre.


Le monde de l’informatique et des informaticiens est instable. Si l’innovation ne gagne pas les couches les plus importantes de la population, dans les entreprises comme dans la société, pour s’intégrer de façon harmonieuse dans les pratiques courantes de la vie, l’informatique n’aura pas remplie sa mission de transformation. Si elle réussit, elle perdra en grande partie son identité. Les informaticiens ont cette redoutable charge de transformer une formidable réussite collective en banalisation de leur métier tout en conservant leur professionnalisme et leur rigueur. "

Un peu moins de quatre années plus tard, le diagnostic n'a pas changé. Nous avons certes de nouveaux outils, plus beaux, plus performants, mais la créativité dans l'usage, surtout professionnel, reste en panne. Le monde du bureau peut sans craindre de pertes de performance continuer à fonctionner avec des outils anciens... Nous attendons vraiment la "killer app", celle qui va donner un vrai coup de vieux à nos applications. Il faut pour cela balayer les inhibitions, exploiter pleinement internet changer le management pour donner aux acteurs de terrain plus de pouvoir, et faire confiance aux outils pour rendre compte intelligemment et automatiquement à notre place... Il faut aussi s'engager dans l'internet des objets pour faire - enfin - toutes les choses inutiles à notre place, trouver et classer les courriels, ou les dépenses, mettre de l'ordre dans le disque dur, créer de l'information contextuelle... Il faut vraiment exploiter puissance et bande passante pour nous aider à mieux vivre notre quotidien pour faire des choses vraiment nouvelles, éducation, santé, économie d'énergie, sécurité, mieux vivre... Cela prend du temps !

Commentaires

Gil Deghaili

Génial!!! Merci

Xavier Dalloz

Voici une excellente analyse. Bravo !!

Pour réussir dans ces domaines, je me permets de rappeler les recommandations de C. K. Prahalad :
• L'innovation doit aboutir à un produit ou service d'excellente qualité.
• Elle doit permettre une baisse significative du prix - d'au moins 90% par rapport à celui d'un produit ou service comparable dans le monde occidental.
• L'innovation doit être portable : on doit pouvoir la produire, la commercialiser et l'utiliser en de multiples lieux et circonstances.
• Son prix doit être abordable pour la base de la pyramide économique, elle doit toucher les populations ayant les revenus les plus faibles dans n'importe quelle société donnée.

A mon avis, l’écosystème de l'innovateur vu par C.K. Prahalad se résume de la façon suivante :
• Il est indispensable de repenser fondamentalement le modèle de l'entreprise – choix technologiques, mode de distribution, tarifs, échelle, séquence des tâches et organisation. Il faut donc adapter le modèle économique de l’entreprise. Rappelons que c’est TRES difficile de changer de modèle économique.
• La demande commande tout l’amont et déclenche la production. L’enjeu est la compréhension des attentes latentes de ses clients et de définir son métier non par la technique, mais par ce que nos clients nous achètent. Par exemple, nous n’achetons pas des Kwh à l’EDF, mais du confort et de la sécurité.
• Il convient donc de s'immerger dans la compréhension des "attentes latentes" de nos clients d'aujourd'hui et de pouvoir anticiper les besoins de nos clients de demain. L'objectif est de ne pas se faire désintermédier et d'écouter pour servir.
• La mise en commun de l’information client permet la synergie des compétences, des métiers et des partenaires
• La chaîne logistique physique est réglée par le flux d’informations
• Le système d’information et toute l’organisation sont orientés de l’extérieur vers l’intérieur des entreprises
• On vend avant de produire : rotation rapide et stocks réduits donnent l’avantage concurrentiel
• Le système implique la confiance et des partenariats durables, même entre concurrents : co-opétition
• La valeur dépend de la qualité des relations
• L’entreprise ne peut pas tout faire. Elle doit se limiter à faire très bien un petit nombre de choses. Le partenariat doit donc être au cœur de toutes les stratégies des entreprises.
• On ne doit pas innover seul. Les ruptures les plus radicales apparaissent là où les innovations sont le plus groupées et continues
• Aucun de ces changements ne sera possible sans un engagement clair et durable dans une stratégie d’entreprise, donc une vision. La réussite passe par la capacité à voir « grand et loin ».

L’association iPod/iTunes est un excellent exemple de cet écosystème proposé par C.K. Prahalad. Sa réussite a été possible parce que Apple s’est « immergée dans l'existence des clients ciblés ». Apple a compris qu’il ne devait pas vendre de la musique, mais du loisir, du confort, de la tranquillité….

Le CES 2008 nous montré qu’il y en a BEAUCOUP d’autres. Tous ces écosystèmes visent des clients impatients dont le rapport au temps et à l'espace des individus est radicalement transformé. Ces nouveaux écosystèmes portés par la nouvelle génération touche l'organisation de l'entreprise et toute la société.

Le vrai enjeu pour les entreprises est de permettre aux consommateurs/citoyens d’accéder aux services dont il a besoin non seulement tout de suite mais n’importe quand et n’importe où et où qu’il soit. Les objets nomades vont nous faire découvrir que nous pouvons agir au même moment et du même endroit sur notre sphère professionnelle et notre sphère privée, intervenir du bureau et de la maison ou notre lieu de loisir, de commerce. Par ailleurs, l’extension des infrastructures de réseaux numériques de toute nature et notamment sans fil va permettre au consommateur de prétendre pouvoir affirmer : « ma maison, mon bureau, mes lieux de loisir ou de consommation ne sont plus dans leurs murs, ils sont là où je suis... et mes relations sont toujours à portée de ma voix ou de mon courrier».

Avec cette nouvelle électronique grand public, il s’agit pour les entreprises de la maîtrise du contact direct avec le client final fournit une position privilégiée pour qui sait valoriser en amont les informations recueillies à ce niveau. C’est là que se situe le principal gisement de création de valeur. L’acteur qui contrôle cette position obtient du client des informations sur ses attentes qui permettent aux acteurs amont de mieux concevoir, produire, distribuer et de créer globalement plus de valeur.

Dans ce contexte, les entreprises doivent anticiper le modèle économique qui va émerger de la « bataille de la poche » et la MOBQUITE. Elles doivent comprendre comment leurs clients souhaiteront dialoguer avec elle, comment assurer la confiance, la relation et l’émotion qui nécessaires à chaque transaction.

Que d'opportunités !!!. Voilà la richesse cachée des entreprises françaises. Il faut la valoriser rapidement... Attention aux colosses aux pieds d'argiles. Ne pas avoir de vision est MORTEL.

Xavier Dalloz

jean-pierre corniou

Merci à Xavier Dalloz pour ce complément d'analyse très pertinent. Il ne faut pas céder à la morosité et au découragement. Si internet remet tout le monde au même niveau d'accès aux informations, la compétition se joue sur la vitesse, l'intelligence de la compréhension systémique de l'évolution des besoins et la qualité d'exécution. Il n'y a aucune raison pour que la vieille Europe ne s'en sorte pas avec efficacité et élégance.

M. récupération de données

Wow! Je suis tombé par hasard sur ce texte et je dois dire qu'il est passionnant... Excellente analyse de l'innovation. Je vais aller fouiller sur les autres pages de votre blogue!

Dafotec

J'arrive un peu par harsard mais je dois dire que c'est vraiment très instructif. merci !

Jean-Pierre Corniou

Merci Dafotec pour ce commentaire... Ce blog n'étant pas le reflet de l'actualité immédiate, mais se voulant plutôt un guide de réflexion, il n'est jamais trop tard pour commenter ! N'hésitez pas à revenir !

Disque dur Recovery

Bonjour,
J'arrive encore plus tard et viens de découvrir votre blog. Très bon post. Je tweet et partage sur facebook
Bonne continuation.

owelafoex

0258 buy cheap cialis without prescription http://bcialis-reviews.com/#0940 order cialis in canada

Generic viagra online

bbzcmkfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Cheapest generic cialis, LRZeqLB, [url=http://www.tulsaoilers.com/]Cialis uk suppliers[/url], MwSaFYq, http://www.tulsaoilers.com/ Cialis professional, kTIqtbP, Generic viagra, LsCIpVr, [url=http://tbdalliance.org/]Viagra equivalent[/url], TJgsNRk, http://tbdalliance.org/ Buy viagra online safe, bNIKMJX, How viagra works, VWmMiEU, [url=http://vfwmi.org/]Discount viagra[/url], Boxhgnl, http://vfwmi.org/ Plaintiffs who won their viagra lawsuit in court in 2010, PdeNpuP, Buy cheap cialis, RSmRYfv, [url=http://www.tulsaoilers.com/]Cialis[/url], RWLatSB, http://www.tulsaoilers.com/ Cialis, WltnrmL, Cheapest uk supplier viagra, WWeoPct, [url=http://skytechsolutions.com/]Buy viagra in great britain[/url], YxFldzK, http://skytechsolutions.com/ Viagra samples, xalUKHa, Viagra, HgWTMrH, [url=http://vfwmi.org/]Cialis vs viagra[/url], GEzQGkq, http://vfwmi.org/ Female viagra alternative, QRtldNy.

Generic viagra online

bbzcmkfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Cheapest generic cialis, LRZeqLB, [url=http://www.tulsaoilers.com/]Cialis uk suppliers[/url], MwSaFYq, http://www.tulsaoilers.com/ Cialis professional, kTIqtbP, Generic viagra, LsCIpVr, [url=http://tbdalliance.org/]Viagra equivalent[/url], TJgsNRk, http://tbdalliance.org/ Buy viagra online safe, bNIKMJX, How viagra works, VWmMiEU, [url=http://vfwmi.org/]Discount viagra[/url], Boxhgnl, http://vfwmi.org/ Plaintiffs who won their viagra lawsuit in court in 2010, PdeNpuP, Buy cheap cialis, RSmRYfv, [url=http://www.tulsaoilers.com/]Cialis[/url], RWLatSB, http://www.tulsaoilers.com/ Cialis, WltnrmL, Cheapest uk supplier viagra, WWeoPct, [url=http://skytechsolutions.com/]Buy viagra in great britain[/url], YxFldzK, http://skytechsolutions.com/ Viagra samples, xalUKHa, Viagra, HgWTMrH, [url=http://vfwmi.org/]Cialis vs viagra[/url], GEzQGkq, http://vfwmi.org/ Female viagra alternative, QRtldNy.

Viagra pharmacy

tcidekfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Generic viagra online, OtuVtiL, [url=http://incompanywithangels.org/]Viagra online without prescription[/url], eYWETtC, http://incompanywithangels.org/ Cheap viagra, AtViPlw.

Viagra pharmacy

tcidekfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Generic viagra online, OtuVtiL, [url=http://incompanywithangels.org/]Viagra online without prescription[/url], eYWETtC, http://incompanywithangels.org/ Cheap viagra, AtViPlw.

Viagra sale

eewjkkfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Snorting klonopin, XBPcIBA, [url=http://klonopinexplained.com/]Klonopin[/url], sJHGUax, http://klonopinexplained.com/ Sexual side effect klonopin, gArcttz, Buy levitras wikidot, tcNmkvy, [url=http://www.greengrade.com/public/]Buy no prior viagra cialis levitra[/url], cqmLadR, http://www.greengrade.com/public/ Buy genuine levitra online, SIcRHsN, Extenze drink in stores, skrYiXs, [url=http://extenzeanswers.com/]Extenze[/url], HKwhQfa, http://extenzeanswers.com/ Extenze jimmy johnson, whIObed, Ambien cr coupon, SeYGwoO, [url=http://www.getsomesleepblog.com/]Ambien withdrawal[/url], odoTPLA, http://www.getsomesleepblog.com/ Generic ambien milligram strength, LywwwuW, Male masturbation edging, fmVSHgw, [url=http://travelbizbuz.com/]Maleedge varpos padidinimui[/url], NipwIqO, http://travelbizbuz.com/ Maleedge, BMJTfby, Viagra suppliers in the uk, rCtgVSj, [url=http://www.pubgraphics.com/]Discount viagra[/url], BtfmeLI, http://www.pubgraphics.com/ Viagra from canada, CboKyno.

Viagra sale

eewjkkfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Snorting klonopin, XBPcIBA, [url=http://klonopinexplained.com/]Klonopin[/url], sJHGUax, http://klonopinexplained.com/ Sexual side effect klonopin, gArcttz, Buy levitras wikidot, tcNmkvy, [url=http://www.greengrade.com/public/]Buy no prior viagra cialis levitra[/url], cqmLadR, http://www.greengrade.com/public/ Buy genuine levitra online, SIcRHsN, Extenze drink in stores, skrYiXs, [url=http://extenzeanswers.com/]Extenze[/url], HKwhQfa, http://extenzeanswers.com/ Extenze jimmy johnson, whIObed, Ambien cr coupon, SeYGwoO, [url=http://www.getsomesleepblog.com/]Ambien withdrawal[/url], odoTPLA, http://www.getsomesleepblog.com/ Generic ambien milligram strength, LywwwuW, Male masturbation edging, fmVSHgw, [url=http://travelbizbuz.com/]Maleedge varpos padidinimui[/url], NipwIqO, http://travelbizbuz.com/ Maleedge, BMJTfby, Viagra suppliers in the uk, rCtgVSj, [url=http://www.pubgraphics.com/]Discount viagra[/url], BtfmeLI, http://www.pubgraphics.com/ Viagra from canada, CboKyno.

Casino virtuel en ligne gratuitement

aufvbkfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Casino en ligne quebec, RGaUpGh, [url=http://www.monoeil.fr/]De casino en ligne[/url], iGUsgFn, http://www.monoeil.fr/ Casino en ligne canada, WFJHrBI.

Casino virtuel en ligne gratuitement

aufvbkfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Casino en ligne quebec, RGaUpGh, [url=http://www.monoeil.fr/]De casino en ligne[/url], iGUsgFn, http://www.monoeil.fr/ Casino en ligne canada, WFJHrBI.

Viagra kaufen

slqaekfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Viagra without prescription, DVEPbbz, [url=http://russianedu.org/]Female viagra alternative[/url], NImnnpc, http://russianedu.org/ Viagra, todmekE, Casino en ligne arnaque, PJNJaLN, [url=http://www.besoindinfos.com/]Casino en Ligne[/url], ctAHjVr, http://www.besoindinfos.com/ Casino en Ligne, rmLtcDV, Viagra, TiTluSo, [url=http://www.viagravscialisreview.com/]Viagra[/url], pcjDvNd, http://www.viagravscialisreview.com/ Get viagra online, uPTjxqF, Kamagra, mgyeAVN, [url=http://medi-sign.org/]Compare kamagra prices[/url], iURtlzU, http://medi-sign.org/ Kamagra, hplpQjX, Free viagra, BOOvkzC, [url=http://www.falseconfessions.org/]Viagra sale[/url], aPEYjNV, http://www.falseconfessions.org/ Cheap viagra without prescription, WEqDebD, Www tadalafil softtabs com, WGzyyqZ, [url=http://tadalafilfaq.com/]Tadalafil com[/url], qwTiUkr, http://tadalafilfaq.com/ Tadalafil india, jBoBYGj.

Prescribing champix

sbakckfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Buy cialis online tripod com, QNMxyng, [url=http://www.climatesmartloanprogram.org/]Safe sites to buy cialis[/url], zADpUjo, http://www.climatesmartloanprogram.org/ Buy Cialis, hPkrdmI, Discount ghr1000 genf20, ihpBWJx, [url=http://mwyf.org/]Genf20 hgh[/url], CTLeXrd, http://mwyf.org/ Genf20 review, InUgwDX, Varenicline tartrate champix, BqODifY, [url=http://champixdeal.com/]Champix[/url], bRxPmOl, http://champixdeal.com/ Side effects of champix, urfHmCm, Generic levitra, XvJAFuz, [url=http://www.greenwichedprep.com/blog/]Discount levitra[/url], JMnLaxr, http://www.greenwichedprep.com/blog/ Quantum group levitra, xtqejpk, Casinos en ligne, WWpMvkX, [url=http://www.besoindinfos.com/]Tout les casinos en ligne[/url], YdYVdog, http://www.besoindinfos.com/ Casino en ligne avec paypal, RnAHtwi, Extenze before and after photos, RWPORjY, [url=http://hotel-madrid-tobook.com/]What stores carry extenze[/url], vgEjesc, http://hotel-madrid-tobook.com/ Extenze talk, iyAwsFp.

Prescribing champix

sbakckfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Buy cialis online tripod com, QNMxyng, [url=http://www.climatesmartloanprogram.org/]Safe sites to buy cialis[/url], zADpUjo, http://www.climatesmartloanprogram.org/ Buy Cialis, hPkrdmI, Discount ghr1000 genf20, ihpBWJx, [url=http://mwyf.org/]Genf20 hgh[/url], CTLeXrd, http://mwyf.org/ Genf20 review, InUgwDX, Varenicline tartrate champix, BqODifY, [url=http://champixdeal.com/]Champix[/url], bRxPmOl, http://champixdeal.com/ Side effects of champix, urfHmCm, Generic levitra, XvJAFuz, [url=http://www.greenwichedprep.com/blog/]Discount levitra[/url], JMnLaxr, http://www.greenwichedprep.com/blog/ Quantum group levitra, xtqejpk, Casinos en ligne, WWpMvkX, [url=http://www.besoindinfos.com/]Tout les casinos en ligne[/url], YdYVdog, http://www.besoindinfos.com/ Casino en ligne avec paypal, RnAHtwi, Extenze before and after photos, RWPORjY, [url=http://hotel-madrid-tobook.com/]What stores carry extenze[/url], vgEjesc, http://hotel-madrid-tobook.com/ Extenze talk, iyAwsFp.

Extenze

jocilkfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Extenze, wLGLryT, [url=http://extenzeanswers.com/]Extenze facts[/url], HtxIhRt, http://extenzeanswers.com/ Extenze, iZirzEk, Casino en ligne arnaque, nxqXHxf, [url=http://www.besoindinfos.com/]Casino en Ligne[/url], IloRODw, http://www.besoindinfos.com/ Meilleurs casinos en ligne, qOzKWtL, The release of hgh at orgasem, EwUDynX, [url=http://reelnerds.com/]HGH[/url], nygGcQk, http://reelnerds.com/ How to cycle hgh, xoMszcF, Buy levitra on-line, aKfynkO, [url=http://www.greengrade.com/public/]Buy phentermine levitra[/url], iBYTYsJ, http://www.greengrade.com/public/ Buy drug satellite tv levitra, bloENps, Male edging blog, DABrReK, [url=http://travelbizbuz.com/]Male Edge[/url], ImpBpnS, http://travelbizbuz.com/ Maleedge varpos padidinimui, NDkalOp, Viagra, IulTaLc, [url=http://www.wsccenter.org/]Cheapest uk supplier viagra[/url], JJPtLpx, http://www.wsccenter.org/ Viagra, qhRpunP.

Extenze

jocilkfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Extenze, wLGLryT, [url=http://extenzeanswers.com/]Extenze facts[/url], HtxIhRt, http://extenzeanswers.com/ Extenze, iZirzEk, Casino en ligne arnaque, nxqXHxf, [url=http://www.besoindinfos.com/]Casino en Ligne[/url], IloRODw, http://www.besoindinfos.com/ Meilleurs casinos en ligne, qOzKWtL, The release of hgh at orgasem, EwUDynX, [url=http://reelnerds.com/]HGH[/url], nygGcQk, http://reelnerds.com/ How to cycle hgh, xoMszcF, Buy levitra on-line, aKfynkO, [url=http://www.greengrade.com/public/]Buy phentermine levitra[/url], iBYTYsJ, http://www.greengrade.com/public/ Buy drug satellite tv levitra, bloENps, Male edging blog, DABrReK, [url=http://travelbizbuz.com/]Male Edge[/url], ImpBpnS, http://travelbizbuz.com/ Maleedge varpos padidinimui, NDkalOp, Viagra, IulTaLc, [url=http://www.wsccenter.org/]Cheapest uk supplier viagra[/url], JJPtLpx, http://www.wsccenter.org/ Viagra, qhRpunP.

Disease diet

vpellkfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Rite smoke electronic cigarettes, AFZBdQk, [url=http://ielectroniccigarettes.com.au/]Do electronic cigarettes really work[/url], kxRntpq, http://ielectroniccigarettes.com.au/ Wholesale electronic cigarettes, MqEIHkN, Hgh in orange county california, LYjYgXA, [url=http://ttmen.net/]Hgh creme[/url], nPprUNT, http://ttmen.net/ HGH, PvvqZxm, Toronto pay day loans, FSNbXjG, [url=http://dixieoutfitterstenn.com/]Pay Day Loans[/url], yUpnnHz, http://dixieoutfitterstenn.com/ Wire transfer pay day loans, GkcpnjX, Hgh supplements independent reviews, utpGYNz, [url=http://tukumsdj.com/]Hgh hormone human[/url], CWBOLEx, http://tukumsdj.com/ HGH, mCIOyPx, Diet, GdAavGv, [url=http://europemploi-centre.org/]Vegetarian diet[/url], KCLVaYJ, http://europemploi-centre.org/ Weight diet loss, KjGBoKb, Quick payday loans limited required, luvmcXd, [url=http://1paydayloans.com.au/]Pay Day Loans[/url], ddqPGfx, http://1paydayloans.com.au/ Military payday loans, LjIvKFt.

Disease diet

vpellkfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Rite smoke electronic cigarettes, AFZBdQk, [url=http://ielectroniccigarettes.com.au/]Do electronic cigarettes really work[/url], kxRntpq, http://ielectroniccigarettes.com.au/ Wholesale electronic cigarettes, MqEIHkN, Hgh in orange county california, LYjYgXA, [url=http://ttmen.net/]Hgh creme[/url], nPprUNT, http://ttmen.net/ HGH, PvvqZxm, Toronto pay day loans, FSNbXjG, [url=http://dixieoutfitterstenn.com/]Pay Day Loans[/url], yUpnnHz, http://dixieoutfitterstenn.com/ Wire transfer pay day loans, GkcpnjX, Hgh supplements independent reviews, utpGYNz, [url=http://tukumsdj.com/]Hgh hormone human[/url], CWBOLEx, http://tukumsdj.com/ HGH, mCIOyPx, Diet, GdAavGv, [url=http://europemploi-centre.org/]Vegetarian diet[/url], KCLVaYJ, http://europemploi-centre.org/ Weight diet loss, KjGBoKb, Quick payday loans limited required, luvmcXd, [url=http://1paydayloans.com.au/]Pay Day Loans[/url], ddqPGfx, http://1paydayloans.com.au/ Military payday loans, LjIvKFt.

Forex automatic

jwptskfboqjfssfdpsojpv/uzqfqbe/dpn, Forex Trading, HEVCQhu, [url=http://ferrariparts.net/]Naked forex trading[/url], jPWLRen, http://ferrariparts.net/ Forex book, ILoKtwc.

tzowppdcho

nklfpkfboqjfssfdpsojpv, [url=http://www.tdgdyqlqvy.com]nxagucsukw[/url]

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)