Previous month:
novembre 2017

De la complexité, de l'échec et de la SNCF

Nous sommes dans un monde physique. Avec ses lois, ses contraintes, la masse, le temps, l'énergie, l'espace.  Tout s'y mesure. Mais nous avons inventé son double numérique. Et nous voulons que le jumeau physique du jumeau numérique se comporte sans défaut, sans délai. Nous mesurons chaque jour  que c'est une tâche immense, peut-être impossible.  Nous voulons que dans le monde physique tout fonctionne sans défaut, sans neige glissante les samedis de transhumance d'hiver, sans rats qui s'attaquent aux gaines des câbles électriques, sans gel qui fait éclater les canalisations, sans rivières qui débordent, gorgées  de pluie et entrainent des glissements de terrain. Nous sommes en colère parce que nous constatons que l'espérance de vie de la civilisation c'est en gros 24 h, la durée d'autonomie des batteries de nos téléphones portables. A Saint-Martin, un tempête nous a montré l'extrême vulnérabilité de la dimension physique du vaisseau spatial Terre. Et nous protestons contre cette terrible injustice, être menacés dans notre confort, dans notre survie même par le vent et l'eau.

Notre tentative rassurante de tout rationaliser, modéliser, construire de façon idéale se heurte aux adhérences de notre système industriel qui souffre d'être né il y a si longtemps que même le smartphone n'existait pas. Elle se heurte aux faiblesses de nos organisations, ballotée par les politiques, les dirigeants, les changements intempestifs de direction, les hésitations qui ont fait, par exemple, séparer la SNCF de son réseau physique pour ouvrir en 1997 la voie, au sens propre, de la concurrence. Et puis on s'est dit quand même que c'était pas si simple et on a refermé en 2015 cette parenthèse en réinventant un nouveau système artificiellement séparé en deux, le réseau physique et la circulation des trains, mais au sein d'une même entité juridique. Et tout ceci prend du temps, de l'argent, de l'attention. Pendant ce temps là, le temps poursuit son oeuvre corrosive. Et il faut réparer à marche forcée en faisant pression sur les hommes et les éléments, et les ressources... 

La SNCF c'est un réseau de 30000 km de rails, d'appareils de voie, d'outils de signalisation, de ballast et de caténaires. Du solide qui parfois casse. Défaut d'entretien dit-on. La réalité est complexe, l'homme démiurge veut la soumettre à son désir d'absolu. Le réseau, tout réseau, ce n'est pas une abstraction sur un bel écran. C'est vieux, compliqué, soumis à l'usure, au temps. L'aventure du rail a commencé en 1832 en France. Elle est essentielle pour nos territoire et notre prospérité. L'efficience du réseau, et sa sécurité sont des composants indissociables de notre vécu collectif. S'il est insupportable de laisser en rade les voyageurs du week-end, ce serait pire encore de prendre le risque d'un accident. 

Les pannes à la SNCF illustrent ce terrible conflit entre notre désir d'idéal épuré d'un monde lisse et sans incident et la réalité des cicatrices que le temps et la fatigue impriment sur les choses. Cette crise doit nous mettre en garde. Il y en aura d'autres. Tous les secteurs sont fragilisés par l'accroissement des attentes, l'impatience du résultat parfait dont nous sommes chacun porteurs. Aux effet plus graves, peut-être. Il est notre devoir de travailler pour éviter que cela survienne. Mais aussi de nous préparer à en minimiser l'impact. Il faut investir avec clairvoyance, renforcer les compétences, développer l'ingénierie car faire rouler des trains, mais aussi produire de l'électricté, des voitures , des soins, ce n'est pas du marketing, mais cela met en oeuvre une alliance subtile entre l'intelligence et la matière. Et dans la méthode il faut surtout  ne pas blâmer tous ceux qui font leur travail quotidien avec professionnalisme. Plutôt que des coupables, il faut chercher les causes et les remèdes. 

http://bfmbusiness.bfmtv.com/mediaplayer/video/sncf-a-quand-un-service-de-qualite-0412-1010179.html

Capture d’écran 2017-12-05 à 22.36.19