Le CES, un irremplaçable observatoire de la révolution numérique
Au-delà du CES... qui prend en charge la transformation numérique ?

Décryptages du CES, suite...

On peut faire une première lecture du CES. Elle est déjà stimulante ! Elle consiste à lire en direct le flot des innovations techniques servi par la forme brillante que savent déployer les entreprises américaines. C'est le temps de l’enthousiasme. Il y a un second niveau de lecture, qui n'est plus dans le "quoi" de la révolution numérique mais dans le "pourquoi". A chaque étape de la remise en cause du système socio-technique, les humains ont cherché à comprendre le pourquoi de ce changement qui allait bouleverser leur vie, souvent d'ailleurs de façon tacite. Evidemment c'est une phase de questionnement et de doute. Le marketing du strass et des paillettes n'a plus cours : il faut trier ce qui est pertinent pour la vie des humains et qui va rester.  C'est le temps de la lucidité...

Le CES constitue une chambre de résonance exceptionnelle où se mêlent les histoires  des produits,  des entreprises et des entrepreneurs qui produisent l’économie numérique. Les key notes  en sont les amplificateurs. Le talent de communicateur des dirigeants invités est servi par des moyens techniques qui assurent une orchestration parfaite de l’histoire qu’ils ont choisi de raconter. Le casting de ces key notes est aussi révélateur du poids accordé par la CTA – Consumer Technology Association– à chaque entreprise et à chaque tendance structurante de la révolution numérique. La puissante CEA qui organise le CES, sous la férule de son dynamique président, Gary Schapiro,  a changé de nom cette année en abandonnant l’appellation historique de Consumer Electronics Association pour remplacer Electronics par Technology, ce qui illustre parfaitement le changement de positionnement du CES. La CTA demande d’ailleurs de ne plus décliner l’acronyme, l’évènement CES dépassant désormais largement les frontières du monde de la consommation.

Ces symboles savamment distillés traduisent bien l’évolution du CES. Naguère grand salon du son et de l’image, c’est aujourd’hui plus qu’un vaste marché. C’est un carrefour de rencontres, un lieu où s’expriment les tendances mondiales du marché. Derrière la force de ces démonstrations et l’habilité du spectacle, toujours réussi, il faut tenter de décrypter les messages porteurs de sens pour la grande histoire de la construction numérique dont nous sommes les témoins en temps réel. Car le CES provoque aussi un effet de halo qui projette des tendances sans lendemain. La montée et la chute de la télévision en 3D en sont un exemple récent. Au-delà des spectateurs immédiats, c’est le marché et les investisseurs qui sont les destinataires de ces messages. Les 3500 journalistes présents assurent une couverture médiatique unique à l’évènement. Emmanuel Macron à Las Vegas, surtout quand il intervient dans une key note, devient une star mondiale. La Poste présente au CES, c’est un message très fort qui a un retentissement majeur en France. Le détour par Las Vegas est un amplificateur de renommée, et un accélérateur d’affaires, surtout quand on y est couronné par un Award.

L’édition 2016 a vu apparaître plusieurs nouveaux venus - Reed Hastings, CEO de Netflix, Herbert Diess, CEO de Volkswagen, Mary Barra, CEO de General Motors, Ginni Rometty, CEO d’IBM, Robert Kyncl, Chief Business Officer de YouTube – relayer les habitués.

Si Diess était plus dans la contrition que dans la démonstration, Brian Krzanich CEO d’Intel est intervenu pour une seconde présentation  très « hype » pour démontrer qu’Intel est tout à fait  engagé dans l’internet des objets. IBM qu’on ne voit jamais est obligé de démontrer que son choix stratégique d’abandonner le matériel au profit des logiciels et des services de l’intelligence artificielle est justifié, alors que le chiffre d’affaires ne cesse de régresser. Mary Barra, qui remplaçait Ford un grand habitué du CES, a fait une démonstration sans révélation de l’intérêt de GM pour le véhicule électrique en présentant son dernier modèle.

La thématique majeure de tous ces acteurs est de montrer que le monde numérique constitue un ensemble homogène où tout – personnes et objets – est connecté. Cette omni-connexion n’a qu’un but : améliorer le sort de l’humanité. Cette affirmation, constante, ne souffre d’aucune limitation. Gary Shapiro admet bien toutefois que les « bad guys » peuvent aussi tirer profit de cet univers connecté. Mais cela ne doit en rien ralentir l’enthousiasme – « amazing » reste le maître mot -  et surtout justifier un interventionnisme gouvernemental.

Bien entendu les messages commerciaux ne sont jamais loin. Il faut convaincre les consommateurs et les investisseurs de la pertinence de la vision stratégique. Pour un Français, l’excès de publicité peut l’emporter sur la pertinence stratégique du message. Ce point a été notamment évoqué pour Netflix, qui n’a pas hésité à en rajouter pour montrer qu’Hollywood, désormais, c’était eux, en convoquant force acteurs et bandes annonces, ou pour Intel dont les invités multiples n’ont pas été avares de louanges pour expliquer que sans Intel, la musique, les drones, la mode et même la banque ne seraient pas les mêmes. La palme de la sobriété a été décernée à Samsung qui distillant le même message – nous sommes la plate-forme de référence – l’a fait avec méthode et pédagogie.

Trois idées fortes et partagées émergent de ces discours et de ces images:

  • Plus personne ne réussit seul. Le temps est à la coopération.
  • Laisser parler clients et partenaires, ils sont plus convaincants que vous pour expliquer que la coopération est indispensable
  • La disruption c’est vraiment mettre le client au cœur de son attention, et donc du business. Pour parler au client, il ne faut pas hésiter à se défaire de toute intermédiation. Il faut toujours se positionner au plus près du client de peur que quelqu’un d’autre le fasse.

L’éloquente démonstration de Netflix, au-delà du discours promotionnel, était centrée sur le caractère vital de la maîtrise technique pour être capable de servir le client.

Frank_Underwood_-_House_of_Cards

Oeuvre phare qui a lancé vraiment Netflix

Reed Hastings a expliqué comment, d’entreprise de vente par correspondance, mettant des DVD dans des enveloppes, Netflix est devenu producteur et diffuseur de contenus dans le monde entier. C’est par la maîtrise du video streaming, sur tous les réseaux, tous les formats d’écran qui a permis à la plate-forme de rentrer directement chez le client, et d’en connaitre les moindres réactions face au contenu diffusé. C’est cette connaissance intime, millimétrée, des clients qui permet à Netflix de devenir producteur de contenus à succès. Dès lors Netflix peut s’affranchir des autres producteurs de contenus en maîtrisant parfaitement toute la chaine de valeur. La leçon s’applique à tout acteur qui loin en amont du client dépend de l’improbable bonne volonté des intermédiaires pour améliorer sa performance. Il y a ainsi une forte aspiration vers l’aval des producteurs qui ne peuvent plus camper sur leur positionnement B2B historique.

Mais ce mouvement vital n’est pas à la portée de chacun. La culture interne, le poids des processus, la résistance des intermédiaires, l’image institutionnelle empêchent bien souvent de sortir du statu quo, quand ce n’est pas par simple inertie. Malgré ses efforts massifs, Intel a beaucoup de peine à sortir de l’image du couple Wintel et à apparaître comme un acteur majeur du monde de la mobilité contrairement à Qualcomm. Faute de succès rapide dans cette mutation, il tente de devenir incontournable dans le monde de l’internet des objets. Tous les constructeurs automobiles cherchent avec la voiture connectée à se rapprocher du client final en en connaissant les comportements. Mais c’est un mouvement tardif, qui peine à renforcer l’intimité client en hors de quelques constructeurs premium au moment où les clients se passent des constructeurs pour valoriser leurs véhicules par l’autopartage et le co-voiturage.

La leçon du CES 2016 est que le monde de l’internet et du web n’a pas fini de déstabiliser les acteurs en place au profit de nouveaux venus qui en ont compris, dans leur ADN, tous les éléments. L’internet des objets, nouvelle frontière, ne va pas simplifier la tâche des acteurs historiques. Dans tous les domaines, notamment le transport, l’énergie, la santé, la capture de l’information dans les objets en réseau va donner aux acteurs de l’information numérique une place majeure. Curieusement le peu de présence au CES de l’industrie bancaire tend à dissimuler une conséquence majeure de l’internet des objets : la prochaine disparition du cash, déjà largement engagée en Europe du Nord, et sa transformation par des échanges électroniques qui vont donner aux plate-formes de l’internet un rôle prééminent.

Le CES 2016 ne fait que marquer une étape dans la grande restructuration en cours de l’économie mondiale qui, pour l’instant, est dominée par les produits et la culture des Etats-Unis. L’information s’impose comme matière première du service  et de la création de valeur. Elle s’appuie sur les réseaux - internet et les réseaux de l’internet des objets -, le traitement des données, la restitution en temps réel et contextuelle des informations utiles, l’automatisation des processus enrichie par l’intelligence artificielle. Ceux qui comprennent les enjeux de cette nouvelle économie en deviendront, pour un temps, les leaders.

Chacun se bat pour se situer au plus près du client final au carrefour de la création de valeur entre objets, réseaux et service. C’est une quête risquée et passionnante dont l’issue ne peut être qu’incertaine. Derrière les déclarations d’autosatisfaction, savamment distillées, tous les acteurs de l’économie numérique ne peuvent être que lucides : tout peut changer vite. Et seule la vitesse d’action offre le moyen de s’adapter.

Commentaires

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)