Réindustrialiser la France
Automobile : Tokyo entre utopie et réalisme

La technologie broie ses leaders... Blackberry en péril

28/11/2011 | Stephane Dubreuil et Jean-Pierre Corniou | Mobilité | Lu 1254 fois | 2 commentaires

Blackberry en péril, ou la fin d’une star...

Le monde des technologies de l’information est un monde cruel. Plus exactement, il subit les mêmes affres que le monde des affaires en général mais à un rythme effréné. Les succès y sont plus rapides, mais plus fragiles que dans les autres secteurs.

Les exemples abondent. Après les difficultés de Motorola et Nokia, la dernière tragédie en date pourrait être la disparition de RIM, la firme canadienne créatrice du Blackberry.  Après s’être hissé au 4e niveau mondial de la téléphonie mobile au premier trimestre 2010, RIM est en effet entré dans une spirale, souvent mortifère, de pertes de part de marché, d’effondrement des marges, de réduction d’emploi, d’hésitations techniques, avec le choix d’un nouveau système d’exploitation, QNX, d’échecs commerciaux avec sa tablette PlayBook qui n’a pas convaincu le marché, et enfin de pannes de réseau à répétition… La conséquence est la chute du titre passé en quelques mois de 70$ à 20$. Pourquoi cette descente aux enfers et jusqu’où ? Est-on en train de voir se répéter la triste aventure de Palm ?

Avec le lancement en 2001 de son produit phare, le Blackberry avec téléphone cellulaire, la firme de Waterloo, Research in Motion, fondée en 1984, sortait de l’anonymat. Société technologique elle avait trouvé le moyen de porter le modèle du pager très prisé en Amérique du Nord  dans le monde de la téléphonie mobile professionnelle. En  permettant de recevoir en continu leurs courriers électroniques, de façon fiable et sécurisée grâce à un protocole et un réseau propriétaires, elle offrait aux cadres dirigeants un outil unique leur permettant, pour la première fois, d’accéder de façon efficace à l’ère de l’information en mobilité. Le succès fut immédiat dans les comités exécutifs du monde entier et le Blackberry devint rapidement le symbole de l’efficacité managériale. Son impact fut tel sur l’organisation du travail qu’il fut rapidement la bête noire des syndicats allant jusqu’à réclamer des primes aux utilisateurs pour travail dominical et nocturne dans certains pays.

Néanmoins, ce succès ne tenait qu’à une fonctionnalité majeure certes parfaitement maîtrisée- le courrier électronique sécurisé facile à recevoir et à émettre grâce à un clavier commode- . L’apparition de l’iPhone d’Apple en 2007 allait brutalement changer la donne pour RIM car l’iPhone apportait de nombreuses fonctionnalités grâce à une nouvelle interface tactile, à la multiplicité des applications disponibles, un large écran et surtout un accès facile et lisible à l’univers du web. Le développement d’Android, grâce à Samsung et HTC étend encore la palette de choix. Le Blackberry n’est plus intouchable, il se banalise, devient même un téléphone pour adolescents au gré des diversifications… La magie est rompue.

En cette fin 2011, RIM est passé de 19 % du marché des smartphones à 12%. Plus grave, on estime que la moitié des utilisateurs de Blackberry sont prêts à changer pour un iPhone. Le monde professionnel pré-carré de RIM à l’origine, est en train d’être attaqué de toute part. Pis, l’émergence prochaine d’Appstore à destination des entreprises permettant de manière simple de faire des applications verticales pour les salariés pourrait sonner le glas d’une star mondiale qui n’a pas vu venir la « consummérisation »  des produits Entreprise.

Aujourd’hui, RIM est en panne d’inspiration. Son équation gagnante – le courrier électronique – ne convainc plus assez pour faire oublier les faiblesses des autres performances. Le clavier n’est plus un argument majeur de vente car la logique tactile s’est finalement imposée par sa simplicité (et son prix de revient !), en dehors de quelques irréductibles. RIM qui avait révolutionné le monde de l’Entreprise n’a pas anticipé les mutations de son marché. Ainsi, elle ne n’anticipera pas le passage d’une logique hardware au software avec l’émergence des Appstore, véritables boutiques de contenu, devenues le nerf de la guerre dans le mobile avec sa horde de développeurs et son écosystème de partage des revenus. Il faut donc faire sa place dans une offre pléthorique après avoir été leader. Cette position est inconfortable et généralement sans grand espoir.

Vendre ? Mais à qui ? L’opération Microsoft/Nokia à grand risque n’a pas encore convaincu. Le rachat de Palm par HP est un naufrage, HP ayant abandonné webOS sans même combattre. Le rachat de Motorola par Google pose de nombreuses questions. On voit mal quel acteur pourrait racheter aujourd’hui RIM : un opérateur, qui serait vite sanctionné par ses autres fournisseurs, un acteur chinois, la Chine cherchant plutôt à imposer ses propres standards ?

Cette aventure, qui n’est certes pas finie, démontre à quel point la concurrence mondiale sur le marché gigantesque de la téléphonie et du haut débit mobile laisse peu de place à la dilution et au relâchement. Les nouveaux leaders du mobile maitrisent, tous sans exception, le triptyque : Terminal, Système, Applications ce qui explique les derniers rapprochements entre géants de l’industrie. La promesse de valeur de Blackberry s’est terriblement appauvrie en quelques années en maitrisant mal le tactile, avec un OS dépassé et une nouvelle version retardée depuis de nombreux mois et un Appstore faible face à la concurrence. La belle s’est endormie…

Blackberry est à la croisée des chemins et le sursaut doit être rapide face à la déferlante d’Apple, Google et consorts pour maintenir son leadership. Plusieurs pistes s’ouvrent à elle pour sortir de cette spirale infernale : investir dans l’innovation et reprendre la main, se recentrer sur le monde l’Entreprise et abandonner une coûteuse diversification dans le grand public, développer un écosystème d’applications dédiées aux entreprises et aux salariés avec des partenaires verticaux (de type SAP, Oracle, IBM,…), faire une alliance avec un partenaire de poids dans le monde…

Toutes les options sont ouvertes mais RIM n’est pas dans les meilleures dispositions pour négocier et ne peut se fourvoyer à nouveau au risque que la présentation des résultats du 15 décembre aux actionnaires ne se transforme en un plan d’urgence et ne se réitère à nouveau le syndrome Palm.

Pour information complémentaire, article publié le 2 décembre par L'informaticien

RIM dans la tourmente passe une provision de 485 millions de dollars

par Charlie Braume, le 02 décembre 2011 16:20

Le constructeur canadien des BlackBerry et Playbook a du mal à se remettre de la panne d'octobre et de la mévente de sa tablette PlayBook.

RIM dans la tourmente. On était déjà un peu au courant après la panne réseau géante du début octobre. Les difficultés techniques se traduisent maintenant par un avertissement sur les résultats financiers du 3ème trimestre.

Chiffre d'affaires comme bénéfices qui devraient être annoncés officiellement le 15 décembre seront inférieurs aux niveaux attendus. Le CA n'atteindra pas la fourchette des 5,3 à 5,6 milliards de dollars prévus initialement. Outre la panne réseau et les largesses que RIM avait dû consentir à ses clients en leur offrant des applications gratuites, le contructeur canadien doit faire face à la mévente de sa tablette Playbook (seulement 700000 ventes d'avril à octobre, environ 300000 sur le seul 3ème trimestre) et croule sous les stocks, ce qui l'oblige à d'importantes promotions et à provisionner une énorme charge de dépréciation (485 millions de dollars US).

RIM "dédié" au PlayBook

Mais RIM garde espoir et se recentre sur les tablettes, l'OS qui équipe le Playbook étant la base de son nouveau système BBX (lire à ce sujet l'article dans L'Informaticien n°97). « Research in Motion est dédié au PlayBook et croit que le marché des tablettes en est encore à ses début, déclare Mike Lazaridis. Malgré un bon nombre de facteurs qui ont mené à la révision à la baisse de la valeur des stocks au troisième trimestre, nous croyons que le PlayBook est une tablette attrayante pour les consommateurs qui a aussi des attraits de sécurité et de gestion pour les entreprises.»

Le quatrième trimestre devrait également être inférieur aux attentes en chiffre d'affaires comme en rentabilité. 

Commentaires

Nicolas Belleville

Se recentrer sur le monde de l'Entreprise sur la partie hardware est sans aucun doute le meilleur axe à suivre

En parallèle des offres de services tels que ceux qui ont fait le succès historique du Blackberry à proposer aux grand acteurs de la téléphonie mobile grand public afin d'étoffer l'offre de ces derniers en apportant un cachet RIM gage de professionnalisme. L'hybride samsung galaxy note sorti il y a peu donne le ton d'une fusion qui se dessine entre besoins multimedia (video/photos/réseaux) accessiblent aux professionnels et besoin métiers (achat,suivis financiers,gestion domotique, prises de notes) à l'usage des particuliers.

shox en france

On était déjà un peu au courant après la panne réseau géante du début octobre. Les difficultés techniques se traduisent maintenant par un avertissement sur les résultats financiers du 3ème trimestre.

Chiffre d'affaires comme bénéfices qui devraient être annoncés officiellement le 15 décembre seront inférieurs aux niveaux attendus. Le CA n'atteindra pas la fourchette des 5,3 à 5,6 milliards de dollars prévus initialement. Outre la panne réseau et les largesses que RIM avait dû consentir à ses clients en leur offrant des applications gratuites, le contructeur canadien doit faire face à la mévente de sa tablette Playbook

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)